Tout pour le bac
Phosphore

COMMENT REVISER LE BAC 2016 ?  -  MATIERES

Corrigés Bac philo 2008 - série ES-sujet 1

Phosphore.com

Publié le 08/04/2016

LE SUJET : Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même ?

LE SUJET

Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même ? Les mots ou expressions du sujet :
« Plus facile » : c'est une comparaison qui évalue la difficulté d'une tâche. Il faut s'interroger sur les modalités du rapport d'autrui à soi. Sa connaissance est-elle plus aisée ? La transition est-elle facile ? Quelles en sont les obstacles, les points de résistance ?
« Autrui » : c'est un autre moi qui n'est pas moi. Toute la difficulté est là : je le connais par différence d'avec moi ou dans son identité avec moi. L'autre a-t-il des points communs ou se reconnaît-il à des différences irréductibles ?
« Connaître » et « se connaître » : le sujet joue sur les deux sens. Connaître, c'est appréhender un objet extérieur en vue d'en décrire, d'en expliquer les propriétés. En revanche, se connaître, c'est réfléchir sur soi, se replier sur son intériorité. On voit l'abîme : une connaissance extérieure ne sera jamais une connaissance intérieure.
« Soi-même » : la fameuse « ipséité » ! La connaissance de soi n'est pas celle d'un objet qu'on appellerait moi et dans lequel on mettrait des qualités - et des défauts. Elle est celle d'un rapport à soi. Peut-être y a-t-il de la place pour un autre que moi dans cette figure réfléchie du moi ?

Rechercher dans tout le site







Publicite